September 1, 2014

Lucile Chombart de Lauwe

Foyers (urbans) Mongols

Pays en transition, la Mongolie se (re)construit autour de villes et de noeuds urbains, bien loin de l’image d’épinal des grandes steppes. Ce monde en mouvement, guidé par le développement d’une économie de marché et par la multiplication de catastrophes climatiques, marque des ruptures.

Sans opposer nomadisme et sédentarité, Lucile Chombart de Lauwe nous fait partager les transformations, les transpositions et les ajustements des manières d’habiter d’une population s’installant ou déjà installée en ville, au sein de la capitale mongole Oulan-Bator, ou ailleurs. Le passage des grands espaces à la ville surpeuplée, de la tente circulaire et mobile à un habitat angulaire et fixe entraîne des changements de modes de vie qui posent question. Des questions quant aux possibilités d’adaptation des familles à cette nouvelle situation d’habitat et aux notions d’espace collectif et d’espace privé. Des questions également quant à l’entassement des populations dans les « quartiers de yourtes » où les nouveaux arrivants se sentent pourtant isolés. Des questions surtout sur les raisons et les conséquences de l’application d’un modèle urbain occidental et d’une norme qui uniformise les paysages et les cultures.

La ville d’Oulan-Bator (UB) rassemble à elle seule la moitié de la population du pays, plus d’un million d’habitants. Elle se compose de bâtiments modernes accolés à des immeubles à l’architecture héritée de l’urbanisation soviétique et de faubourgs enfumés par l’activité des yourtes. Les trois-quarts de la population de la capitale vivent dans ces quartiers de yourtes où le quotidien s’organise autour d’allers et venues aux kiosques à eau et de l’achat du charbon qui alimente le poêle. D’autres mongols résident dans les logements bâtis en dur au confort inspiré par une certaine conception du “bien-être” à l’occidental. Ici, les conditions d’habitat différentes se mêlent aux cultures locales : des générations peuvent vivre dans le même appartement, des parents dormir avec leurs enfants dans le même lit ou continuer à déplier leur matelas au sol dans un logement qui n’est pourtant plus traditionnel.

C’est en s’attachant au rapport des familles à leur habitat, son utilisation et son environnement que la photographe met en lumière les transformations de la société mongole. À la complexité urbaine de la ville d’Oulan-Bator s’ajoute une mixité économique, sociale et culturelle que reflètent les modes de vie divergents.

Justine Pribetich, sociologue

Website

September 1, 2014

Noé Sendas

September 1, 2014

David Maisel

Black Maps: Terminal Mirage

Website

August 30, 2014
Julie Poncet
From Animal Imago

Julie Poncet

From Animal Imago

August 30, 2014

Broomberg & Chanarin

Scarti

August 30, 2014

Villa Vals

Architects CMA and SeARCH were focusing on the question if it would be possible to conceal a house in an Alpine slope while still exploiting the wonderful views and allowing light to enter the building when planing the Villa Vals. They decided to build a central patio into the steep incline to create a large facade with considerable potential for window openings. The viewing angle from the building is slightly inclined, giving a dramatic view of the beautiful mountains on the opposite side of the narrow valley.

All images © Iwan Baan

August 29, 2014

Kader Attia

Open Your Eyes

2010

August 29, 2014

Yudy Sauw

Macro photographs of insects eyes

Wiki on Ommatidia

Pro tip: Many insect-pollinated flowers contain ultraviolet pigments that only their pollinating insects (and perhaps birds) can see. Many flowers are more strikingly coloured in the UV than in the visible spectrum. Furthermore, markings, visible only in the UV, act as taxi markers to guide the landed insects to the pollen and nectar food rewards. via

August 29, 2014

Katja Kremenic

Website

August 29, 2014

Undundund

The Social Network

Die Fotoserie „The Social Network“ befasst sich mit der Jargonsprache von sozialen Netzwerken. Wie viel Mensch steckt hinter den gestalteten Profilen? Wie viel Einfluss hat der User auf sein Profil? Wie wird das online-alter-ego durch das soziale Netzwerk in Szene gesetzt? Ist das „soziale Netzwerk“ wirklich so sozial oder ist es nur eine große Selbstdarstellungsbühne? Die Bilder sind metaphorische Fotoillustrationen. Der Betrachter soll seine eigenen Schlüsse aus dem scheinbar unschlüssigen Geschehen auf einer surreal anmutenden Bühne ziehen. Personen solten nicht mehr als Individuen wahrgenommen werden, sondern vielmehr als Kunstobjekte, als fester Bestandteil des Geschehens und als designte Abbilder, wie ein facebook Profil, das nie einen echten Blick in die Augen eines Menschen zulässt und nur eine Scheinidentität aufbaut.